Chantons sous la pluie

I’m singin’ in the rain, just singin’in the rain… Ah Gene Kelly chantant et dansant sous a pluie, que j’aime cette scène ! Pourtant quand il se mettait à pleuvoir j’étais rarement aussi heureuse que lui… mais les choses ont changées…

 

Grâce à ma pratique professionnelle, qui est devenue une philosophie de vie (en effet, sophrologue ce n’est pas qu’un métier…) je relativise beaucoup et j’ai appris à aimer les choses simples, les p’tits bonheurs quotidiens auxquels nous ne faisons même plus attention.

J’ai, entre autre, réappris à aimer la pluie, à ne pas me mettre à courir aussitôt qu’il tombe une ou deux gouttes (j’assume parfaitement la tête de caniche frisottant que mes cheveux me donnent au contact de l’eau) Image associée

Pour les fans de cette série culte : Friends

 

Quand on y réfléchit un peu pourquoi un réflexe étrange, dès la première goutte perçue sur la peau, nous pousse à nous réfugier au plus vite ? De quoi aurions-nous peur ? de fondre peut-être, de voir nos vêtements se désagréger et nous retrouver ainsi nu comme un ver au milieu de la rue, nous imposant alors de revivre notre plus vieux cauchemar ? Peut être imaginons-nous que notre peau va se trouer sous l’impact de chaque goutte nous transformant en un gruyère géant?

Et je ne vous parle même pas de l’humeur massacrante dans laquelle l’annonce d’une pluie aussi éventuelle soit elle, nous plonge dès le réveil, voire même la veille quand on consulte la météo le soir !!!

 

Et pourtant, ce n’est que la nature, on ne parle que d’eau ; cet élément précieux qui est loué dans certains pays, prisé au point qu’on danse et chante quand elle daigne enfin apporter un peu de fraîcheur et d’espoir en certains endroits du globe !

 

J’ai commencé par aimer ralentir justement quand il se met à pleuvoir , de toute façon pourquoi courir puisque je ne passerais pas entre les gouttes, je serais quand même mouillée.

Et puis je me remémore ce souvenir d’une sortie en amoureux à Valence –Espagne- où nous nous sommes faits littéralement arroser, alors que nous devions traverser la ville pour rentrer. Nous avons tellement ri.

 

Et la semaine dernière j’ai pris une vraie leçon grâce à mon p’tit gars : jouer sous la pluie c’est vraiment drôle !

Alors qu’il commençait à pleuvoir après plusieurs jours de grosses chaleurs mon Amour de petit garçon (21 mois) me demande pour sortir jouer dans le jardin. J’ai voulu dans un premier temps lui refuser de sortir au prétexte qu’il pleuvait. Mais grand bien m’a pris de revoir la réponse que j’allais lui donner.

Quelle chouette expérience que celle-ci, je ne pouvais quand même pas priver mon enfant de ce jeu génial … alors je l’ai simplement habillé de manière adéquate et j’ai ouvert la porte du jardin.

Quel bonheur de le voir aussitôt lever le visage et les mains vers le ciel en souriant puis en ouvrant grand la bouche!

Ni une ni deux, j’ai posé ce que je faisais et qui pouvait attendre et je suis sortie avec lui!

Sentir l’eau sur la peau, en pleine conscience, rire des chatouilles que font le ruissellement des gouttes sur le nez, sauter dans les flaques qui se forment et rire aux éclats, se frotter les mains pour les laver et jouer à prendre une douche comme dans une très vieille pub pour gel douche, courir pour se cacher et ressortir…

Est-ce que ce moment à un prix ? Bien évidemment non ! C’est un instant magique dont je suis pleine de reconnaissance et de gratitude.

Merci mon p’tit Amour de m’avoir réappris ce bonheur simple.

 

Quand nous sommes enfin rentrés, trempés et heureux, nous nous sommes essuyés, remis au chaud, j’ai remercié mon enfant pour ce cadeau et j’ai regardé la météo du lendemain : ils annonçaient de la pluie !! “Super ! Mon cœur, il va sûrement y avoir de la pluie demain, on pourra recommencer !”

 

Alors pourquoi se mettre la rate au court bouillon parce qu’ il est prévu une possibilité d’averse dans la journée, pourquoi râler à chaque fois que le ciel est gris et menaçant ? De toute façon nous n’avons aucune prise sur le temps et puis surtout, ça peut être simplement drôle … si on décide de voir la vie du côté Rose !

 

Et toi, comment es tu à l’annonce de la pluie ? Est-ce que tu penses que la prochaine fois tu pourrais essayer de ralentir ou même de jouer sous la pluie ?

 

Just singin’in the rain…

 

barefoot-1835661_1920

 

Caroline Muller, un Colibri Imparfait

Partagez l'article :
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  1. J’ai adore ton article. C’est tellement vrai. Me souviens d’un très bon moment en islande, ou on était trempé et en même temps tellement heureux de ce moment passé.

    • Merci Aurélie !!
      Même si au moment où on est sous la pluie on ne l’apprécie pas vraiment, cela laisse, comme tu le dis, de bons souvenirs qui nous font bien rire en y repensant…
      Merci pour ton commentaire.

  2. Bravo laloline pour cet article, j’adore ta façon d’écrire merci pour ce petit bonheur!!! Moi la pluie et le temps en règle générale ne me soucis guère. Ma saison préférée l’hiver pour me réchauffer au coin de la cheminée 😉

    • Merci Marie pour ce commentaire. Ce qui est bien cette année, c’est que tu n’auras pas eu besoin d’attendre l’hiver pour pouvoir te réchauffer au coin du feu : un juillet à presque rallumer les cheminées ça donne envie de s’installer dans son canapé avec un chocolat chaud et un bon livre!!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.