Chic ma nounou m’a quittée !

Cet échec ou épreuve qui s’est révélé être une opportunité… tel était le thème du Carnaval d’articles que je lançais le mois dernier.

Voici donc ma version, mon histoire, je l’espère, le coup de pied aux fesses qu’il vous manque pour vous relever et oser passer à l’action.

 

Je vous parle ici de l’objectif qui était le mien quand j’ai organisé cet événement inter-blogueurs ; je vous raconterai comment je remercie ma nounou de nous avoir planté et enfin, j’insisterai sur l’importance et l’urgence de passer enfin à l’action pour améliorer votre quotidien, votre vie.

 

 

echec ou epreuve4

 

 

I L’objectif de mon carnaval

 

Sans revenir sur tous les intérêts de ce type d’évènement, je souhaite développer le choix de mon thème.

Cet échec ou épreuve qui s’est révélé être une opportunité

Nous vivons tous des périodes où nous nous sentons plus fragiles, plus vulnérables, des périodes durant lesquelles nous portons notre regard uniquement sur le négatif. Inutile de vous préciser qu’alors le moindre ongle cassé, la moindre trace de lait sur notre veste, le regard légèrement agacé de notre boss nous fait basculer dans un puits sans fond dont les parois glissantes sont tapissées de dévalorisation, de jugements à notre égard, d’un horizon noir et bien bouché… bref “tout va mal et je ne m’en sortirai jamais !

 

Dans ces moments là, nous avons tendance, en plus de voir le verre à moitié vide, à imaginer que le monde entier est ligué contre nous et qu’il veut notre perte !

 

Pourtant, il suffit parfois de changer un peu notre regard, de prendre de la hauteur ou de faire un pas de côté pour s’apercevoir que la réalité est tout autre.

 

Nous avons cette faculté géniale de pouvoir switcher notre mindset… OK, je stoppe là les anglicismes : nous pouvons, si nous le souhaitons, changer notre état d’esprit ! (Ah !!! bah il fallait le dire comme ça directement c’est plus simple !! certes, mais je trouvais classe de placer “switcher” et “mindset” dans mon article).

 

Des exemples de cette faculté cérébrale j’aurais pu moi-même vous en trouver des milliers, mais je souhaitais que d’autres blogueurs vous offre une possibilité de parler “votre langage”, de trouver un exemple qui corresponde à votre situation.

 

Mon souhait final derrière tout cela était de vous faire réaliser que tout est possible mais que l’échec, l’erreur, l’épreuve font parties de notre avancé ; je voulais vous apporter des situations vécues par différentes personnes afin que vous vous sentiez peut être moins seul dans votre cas ; et surtout pour vous aider à vous relever si vous avez subi un coup du sort, pour vous montrer enfin que vous pouvez passer à l’action malgré toutes vos imperfections car même si vous tombez, vous vous relèverez plus forts!! Je souhaite vous donner l’image du monde des possibles qui se révèle à nous lorsque l’on change d’état d’esprit ; vous montrer qu’il est possible de voir le côté brillant de la pièce “Jour de merde!”.

 

 

II : Mon échec avec les nounous!

 

Tâchons de faire “court” pour vous brosser le tableau…

Au moment de la situation que je vous présente, je suis une jeune maman d’un adorable BABI. Je suis en congé maternité qui, par chance, s’éternise un peu car j’ai cumulé TOUS les congés possibles afin de rester le plus longtemps avec mon enfant. Pourtant le retour au travail se profile à l’horizon et il me faut donc trouver une nourrice. J’aurais bien opté pour une crèche mais hélas avec nos métiers respectifs (tous deux des horaires décalés et des journées de parfois 12 ou 24h de garde) la crèche ne permettait pas la flexibilité horaire dont nous avions besoin.

Nous trouvons donc une première nounou, juste à côté de mon travail… et dont la maison est proche d’un grand parc. J’imaginais déjà mon petit Amour s’amuser dans ce magnifique parc, moi, arrivant en 5 mn de mon travail..bref sur le papier tout semble extra !

Sauf que cette nourrice n’aura tenu qu’un mois face au tempérament Intense de mon p’tit gars. J’ai eu beau lui expliquer, lui proposer de l’aide et du soutien (puisque je suis moi même auxiliaire de puériculture et sophrologue et que je connais les femmes de la Protection Maternelle et Infantile – notamment la personne responsable des assistantes maternelles) rien n’y fait, elle se ferme et fini par rompre le contrat.

Passé la colère, je suis contente que mon fils n’aille pas chez elle. Sauf que le problème demeure : qui va garder mon bébé pendant que je travaille ?

Une autre nounou fait alors son entrée en scène… Nous la rencontrons, le feeling passe de suite ! Elle est respectueuse, travaille comme je le souhaite (en étant proche et douce, en posant le cadre et les limites…) elle connaît les spécificités des accompagnements d’enfants allaités, dit sortir tous les jours au parc, et avoir envie de faire vraiment partie de l’environnement sécurisant de l’enfant. Bref j’ai envie de lui faire des bisous sur les pieds tant il me semble avoir trouvé la perle rare !!

Seul bémol, elle a déjà un contrat et n’aura une place pour mon p’tit gars qu’à partir de la rentrée de septembre (nous sommes alors en mars). Qu’à cela ne tienne, nous patienterons. En avril nous signons donc un contrat d’engagement pour le 1 er octobre (puisque septembre est notre mois de vacances).

Une semaine avant de commencer elle vient prendre le goûter chez nous afin que mon p’tit gars se souvienne un peu de son visage. Tout se passe merveilleusement bien, elle me propose même de commencer plus tôt le contrat. Nous refusons car nous partons le lendemain soir pour 5 jours de vacances.

Après des au-revoir chaleureux et enthousiastes de part et d’autre, nous nous quittons  sur un “à lundi prochain, bonne semaine !”

 

Pourtant, à ma grande surprise, je reçois le lendemain matin vers 9h30, un sms… oui Madame, j’ai bien dit un sms, “désolée mais je ne pourrais pas prendre votre fils, mon garçon a besoin que je passe plus de temps avec lui.” oui ce sms est resté à jamais gravé dans ma mémoire!!!!

Comment ça? que se passe t il ? Je ne comprends pas, elle ne peut pas… la semaine prochaine uniquement? J’essaie donc de la rappeler entre deux préparatifs de valises.

Elle ne me répondra jamais !!!!! Malgré de nombreux messages laissés, je n’en saurais jamais plus ; elle n’ira bien sur jamais cherché le recommandé qui stipule que, comme convenu dans le contrat d’engagement, en mettant fin à ce dernier elle me doit le montant d’un demi mois de garde… et du coup elle ne me paiera jamais mon indemnité !

 

Autant dire que le départ en vacances fut légèrement plombé et l’ambiance beaucoup plus lourde qu’elle n’aurait dû l’être !

Nous nous mettons d’accord sur le fait de ne pas en parler pendant nos 5 précieux jours en famille et d’aviser en rentrant.

Pendant des mois nous ne nous sommes presque pas vu mon ami et moi car nous devions jongler entre nos plannings pour nous relayer auprès de notre bébé. Très vite la solution s’est imposée à nous comme une évidence : depuis le temps que je souhaitais quitter la structure où je bossais et me mettre enfin à mon compte; c’était le moment où jamais.

Nous venions de déménager et j’avais désormais la chance d’installer mon cabinet de sophrologue chez moi.

 

C’est ainsi que la vie a su me mettre ce petit coup de pied au c.. pour me permettre d’oser ! Oser quitter mon boulot, oser m’installer à temps plein comme Sophrologue.

 

Avec le recul, je suis très reconnaissante que cette nounou pas fiable nous ai planté : chic c’est l’opportunité de me lancer ! Aujourd’hui je suis certainement dans le groupe des femmes les plus heureuses de cette planète !!

Je pourrais vous en parler pendant des heures ce cette transformation, d’abord secouée par la nouvelle et l’urgence de trouver une situation, calculer si on peut dire, les risques de mon installation et aujourd’hui la fierté de l’avoir fait, mon mode de vie carrément en phase avec qui je suis et avec ce que je veux faire.

 

Vivre alignée et voir ainsi toutes les synchronicités qui arrivent, les occasions de grandir et de faire ce qui me passionne… ça n’a pas de prix !

 

Je suis passé d’une femme qui pleure en rentrant du boulot parfois, qui se couche avec en tête des pensées du genre “oh non, demain matin, il faut y aller, je ne peux pas !!”, qui se lève avec une boule au ventre à l’idée de retrouver la violence de l’institution et le manque d’organisation, le manque de moyen… à une femme qui en oublie certaines fois que je bosse tant ce nouveau métier me prend aux tripes !!!!!

Certes il a fallu changer certaines choses dans notre quotidien, faire des arrangements mais quand je vois ma qualité de vie, mon état d’esprit et mon humeur au quotidien, je me dis que j’aurais dû oser bien plus tôt…

 

echec ou epreuve 2

 

 

III Et vous, vous attendez quoi pour dépasser votre échec ?

Je souhaite du fond du cœur que parmi tous ces articles vous en trouviez un qui vous donne ce déclic pour que vous avanciez.

Votre vie est unique, précieuse et se vie MAINTENANT !!!

 

N’attendez pas le moment idéal pour réaliser vos rêves, n’attendez pas que la conjoncture vous mette toutes les sécurités possibles sur le tapis pour agir dans Votre intérêt : ce moment parfait n’existe pas ! Vous risquez ,à l’attendre, de passer à côté de votre vie … de vous !

 

Combien de clients en séance se plaignent de maux que leur envoie  leur corps afin de les guider ; combien de personnes qui réagissent alors que le mal a déjà frappé fort ?

 

J’interviens à la ligue contre le Cancer et j’entends des parcours de personnes qui, depuis la maladie, ont décidé de vivre autrement, de revoir leurs priorités…

J’ai simplement envie de demander à tous ceux qui ont encore la chance d’être épargné par de grosses souffrances : Pourquoi vous attendez ????

 

J’entends des personnes ressasser toute leur vie durant, un échec ou une épreuve qu’ils ont subis et s’en servent comme excuse pour justifier tous leurs maux, pour valider leur immobilisme.

Encore une fois, je ne nie pas les difficultés, la douleur, mais j’aimerais donner une sorte de pouvoir magique à chacun : celui de traverser les épreuves, d’en tirer un apprentissage et d’en faire une force pour avancer ! J’appellerais ce super pouvoir… le bouton switcheur !

 

Peut être qu’en vous quittant, cette femme vous fait un magnifique cadeau : celui de vous améliorer, de trouver une femme qui vous corresponde plus ; peut être que votre boss vous offre les clés du bonheur en vous mettant à la porte : à vous la reconversion professionnelle ou l’entrée dans une nouvelle société aux valeurs plus proches des vôtres ; peut être qu’un burn-out vous met sur les starting blocks de votre nouvelle vie, plus cool et enrichissante…

 

echec ou epreuve 3

 

Apprenez à passer dans cet état d’esprit, à vous relever, de plus en plus vite et à transformer le noir en lumière.

 

Bien évidemment, je n’ai pas toujours eu ce mode de pensée, et il y a des fois ou je plonge encore, pourtant ça devient de plus en plus naturel et rapide à chaque fois.

Je vous souhaite de tout cœur d’y parvenir !!!!!!!!!

 

 

 

 

 

En conclusion, retenez que chaque échec ou épreuve est mis sur votre route pour vous donner une opportunité, à vous d’apprendre à la percevoir au fond de ce sombre passage.

Vous avez le pouvoir de décider, votre façon de penser peut changer votre vie, alors tenter de trouver cet état d’esprit où tout devient possible.

 

 

Pensez à me partager vos échecs et épreuves et dites moi comment vous les avez transcendés.

 

A bientôt

Prenez soin de vous et devenez parfaitement Imparfait !

 

 

 

Caroline Muller, un Colibri Imparfait

 

 

 

crédit photo pixabay : DanielReche, Counselling, geralt

 

Partagez l'article :
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  

3 Comments

  1. Merci Caroline pour ce super article!
    Je suis assistante maternelle et je sais à quel point les familles peuvent se sentir désespérées quand elles se retrouvent du jour au lendemain sans mode de garde… j’en ai “récupéré” un certain nombre dans cette situation! Et il m’est arrivé plusieurs fois de devoir me mettre au repos très rapidement, laissant les familles seules (avec un délai quand même, je suis pas un monstre) et ça, c’est très dur pour moi aussi! Je communique, j’explique et je dois bien le dire, j’ai eu des enfants avec lesquels j’ai trouvé cela difficile, mais je ne me suis jamais défilée. J’aurais eu l’impression de laisser tomber la famille et, en plus, c’est mon travail. Tous les enfants ne sont pas tout mignon, à ne jamais pleurer, à s’endormir tout de suite, à sourire dès qu’on les regarde… Je me souviens d’un bébé qui était hypersensible, qui régurgitait beaucoup après les biberons et qui avait des RGO… je me suis longtemps demandée comment j’allais faire pour l’aimer “vraiment”. A plein de moments, je le trouvais hyper craquant, et à d’autres j’étais désemparée devant la force des cris qu’il pouvait émettre. Il ne tolérait plus rien et je ne savais que faire!
    J’ai beaucoup appris en l’accueillant à mon domicile.
    Si j’avais dit à cette famille (on communiquait beaucoup car la maman n’était pas dupe et pouvait se sentir démunie, elle aussi) “je ne veux/peux plus garder votre enfant” et qu’il était allée chez une autre A.M., je ne saurais pas ce que je sais maintenant, et je n’aurais pas pu/su me comporter comme je l’ai fait avec un autre enfant avec d’autres problèmes mais bien plus difficiles (pour moi) à gérer!!!
    J’ai crée un lien avec la famille de ce dernier enfant et je continue de les voir. Je me suis beaucoup intéressée aux bébés hypersensibles, aux babis, aux enfants présentant des troubles autistiques, aux enfants hyperactifs… Et je sais que ce n’est pas pour rien. J’en ai beaucoup (ensuite) appris sur moi-même et sur ma relation aux autres, sur mon enfance, sur les problèmes que j’ai rencontrés étant petite (et plus tard). Et j’ai débloqué beaucoup de problèmes!
    Ton article était très inspirant, Caroline.
    Fin de ce long commentaire,
    Natacha

    • Oh Natacha…je pourrai te faire des bisous sur les pieds à toi aussi !!! 😉
      Qu’il est bon d’entendre de telles paroles ! Effectivement, accompagner des enfants n’est pas toujours rose et facile, pourtant, si on accepte de se remettre en question, de s’informer, de grandir nous aussi, c’est vraiment un concentré de bonheur.
      Mon BABI m’a fait grandir comme tu t’en doutes; tout comme toi, qui as découvert un autre aspect de ton travail et de ton approche avec les enfants.
      Et ce que tu mentionne est très juste aussi : l’importance de dialoguer avec les familles. Par deux fois j’ai senti qu’on rejetait mon p’tit gars … tu imagines bien la douleur pour une maman !!! Je me demandais pourquoi, était ce sa faute à lui, la mienne, étions nous des parents chiants???
      je te remercie chaleureusement pour ton très beau retour !
      A très bientôt

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.