“Le philosophe qui n’était pas sage” … éclairage sur notre société

Pour ce quatrième livre de mon défi (4/12), j’ai choisi de vous présenter un livre de Laurent Gounelle, un auteur que j’aime beaucoup : Le philosophe qui n’était pas sage.

 

Dans cet article, je vous en offre un rapide résumé sans rien spolier, promis !!! Puis je vous donnerais des pistes à explorer pour utiliser les apprentissages tirés de ce livre pour vivre un peu plus heureux au quotidien… du moins si vous en avez envie ?!

 

Ca vous tente ? Alors c’est parti ; en avant l’aventure…

 

livre philosophe

 

Je vous emmène… enfin non, ce sont surtout Laurent Gounelle et son héros Sandro qui vous emmènent en Amazonie.

Sandro est philosophe, un philosophe terrassé par la douleur : la perte de sa femme.

N’y tenant plus, il décide de tout quitter pour retrouver la tribu dans la jungle amazonienne, responsable de son malheur. Son souhait le plus cher : leur faire payer le prix fort ! Il veut les voir souffrir, les rendre plus malheureux chaque jour qui passe. Ce sera sa vengeance sur ce peuple pour avoir assassiné sa bien-aimée.

Pour réaliser ce funeste dessein, il se fait accompagner par quatre mercenaires dont Krakus en est le chef.

Ces quatre hommes avides de sang et de barbarie envisagent de massacrer tout le peuple mais Sandro freine leurs élans violents pour mettre en place une stratégie à visée nettement plus vicieuse…

Sandro refuse de voir ces gens et donc vit à l’écart du village en envoyant Krakus exécuter tous ses plans.

La tâche se révèle plus ardue que prévu. Les membres de cette tribu vivent en parfaite harmonie avec la nature, avec les uns et les autres et rien ne semble avoir d’emprise sur leur bonheur, au grand damne de Sandro qui fulmine dans son campement.

Bien, que devenant de plus en plus malade, Sandro déploie toute son énergie pour trouver comment les atteindre.

Imposer des standards et des canons de beauté, faire naître le sentiment de compétition et de comparaison, instiller la peur (peur de l’autre, peur de la nature et de ses nombreux dangers, peur du manque..), cloisonner pour diviser le peuple, développer l’envie et le consumérisme … tout ceci engendrant l’agressivité et la violence… voilà comment Sandro procède pour déconnecter ces gens de leur nature, pour les détourner de leur bonheur complet.

Rien n’est simple à mettre en place car les membres de la tribu ne voient pas le sens et l’intérêt de ces nouveautés. Et puis Elianta, une jeune chamane qui s’apprête à prendre la relève de son maître veille et veut protéger son peuple, qu’elle voit changer.

 

Ici s’arrête mon résumé de ce livre superbe à l’écriture simple et fluide.

Je vous recommande vivement cette lecture (bah oui, si je vous parle d’un livre c’est que je l’ai adoré, sinon je ne vous en toucherais pas un mot…) !

 

 

Derrière l’histoire : une critique de notre société

 

Dans cet ouvrage de 2012, Laurent Gounelle, pointe les travers et dérives de notre société ; comment, à notre insu, elle façonne nos esprits et nos habitudes de vie.

Voir sous un autre prisme, permet cette prise de recul que nous n’avons pas au quotidien. Tellement habitué à notre confort, à nos façons de voir les choses, on ne remet pas facilement les choses en question.

Même si les thèmes abordés sont largement connus, il est toujours bon de se faire une petite piqûre (oh non pas les piqûres !!! aïe !!!!!) de rappel.

Rousseau y croyait fortement : l’Homme est bon par nature, c’est la société qui le perverti.

Un roman efficace qui nous remet devant notre réalité : nous nous sommes déconnectés de la nature, coupé de l’autre. Notre “bon sauvage” intérieur est malmené dans notre monde moderne fait de consumérisme et d’individualisme.

 

Allé, parce que je vous m’êtes sympathique, je vous donne un aperçu de deux techniques mises en place par Sandro…

Le journal de la jungle… chaque soir la plus belle femme de la tribu (rien que le passage sur la désignation de cette plus belle femme vous fera du bien mesdames !), donc, la plus belle femme relate les évènements catastrophiques de la journée histoire de maintenir un climat de peur au sein du village… rien de ce qui se passe de l’autre coté de la jungle, les incidents isolés ou ayant eu lieu plusieurs jours auparavant n’échappent au rapport quotidien…

Une autre ruse (qui me parle forcément en temps que maman adepte du cododo…) la séparation de chaque famille en hutte individuelle avec une chambre séparée pour les enfants. Exit la grande hutte où tout le monde dort ensemble, fini les proximités de sommeil entre bébés et parents… Vive la séparation, l’individualisme et les hautes barrières pour se protéger des dangers de la nature, pour se protéger aussi de l’autre…

 

 

 

Et si ce livre permettait d’être plus heureux …

 

Laurent Gounelle se définit lui-même comme un passeur, il souhaite véhiculer de façon simple et accessible ses réflexions sur le sens de la vie entre autre.

Décrypter ainsi notre société nous permet de prendre de la hauteur et d’entrevoir des pistes d’amélioration simples mais que l’on oublie à force d’être chaque jour “la tête dans le guidon”!

 

Vivons l’instant présent !

L’une des premières pistes pourrait bien être celle là : vivre l’instant présent.

Avec mon beau métier de sophrologue c’est un point que je travaille beaucoup avec mes clients (et pour moi-même bien évidemment !).

Ressasser le passé est douloureux, anticiper le futur est angoissant… notre vie se déroule ici et maintenant! Seul l’instant présent compte, il est unique et irremplaçable alors savourons chaque seconde qui passe car elle ne reviendra jamais et emporte avec elle toutes ses merveilles, tous les joyaux et bonheurs du quotidien.

 

Cessons les comparaisons !

Pourquoi toujours se comparer aux autres et se dévaloriser ou au contraire se sentir supérieur ?

Est ce qu’il vous viendrait à l’esprit de tenter une comparaison entre un poireau et un albatros ? Vous allez me dire qu’ils n’ont absolument rien à voir et que, donc, on ne peut pas les comparer… Et bien, il en est de même pour nous autres, les Humains, et pourtant nous nous comparons sans cesse !

Nous sommes tous uniques, génétiquement il est impossible que deux personnes soient identiques, ensuite, nous avons tous nos qualités et nos défauts, notre histoire, nos blessures, nos façons d’appréhender la vie qui nous rendent tous différents les uns des autres.

Donc si nous sommes uniques, il devient tout aussi insensé de nous comparer les uns les autres que de comparer un Colibri et une brosse à dents !

Si nous cessons d’envier, de jalouser, nous nous ôtons une sacrée dose de mal-être !

Soyons unique et acceptons de vivre ensemble sans chercher à ressembler à qui que ce soit.

 

Libérons-nous du matériel

Société de consommation où les publicitaires font naître chaque jour de nouveaux besoins ; ils nous promettent qu’avec ce “Super-Truc-Bidule-Méga-Chouette” nous allons enfin être heureux !

Et au final c’est l’escalade, la quête de la possession, la sur-enchère permanente à la consommation !

Sommes-nous plus heureux après l’acquisition du tout dernier téléphone portable à la mode, sommes-nous plus content quotidiennement avec toutes ses fringues de marques, nos enfants sont ils plus sensibles aux Belles choses avec tous ces jouets ? La réponses vous la connaissez déjà, je n’ai pas besoin d’y répondre…

 

Reconnectons-nous aux autres et à la nature

Il est urgent d’accéder à ce point là : la reconnexion !

La nature, généreuse, apaisante s’offre à nous sans restriction, au point que nous nous sommes sentis supérieurs à elle, au point de la piller, de la mutiler, de la saccager…

Retournons dans les champs, les forets, les mers et les rivières nous plonger dans cette générosité sans fin, dans ce bain de calme qui ressource.

N’avez-vous jamais observé le comportement des enfants en pleine nature : ils s’y sentent bien…. nous aussi, en fait, mais nous l’avons oublié. A quand remonte notre dernière promenade loin du béton ?

Et les autres ? Pourquoi ne les regarder qu’à travers les lunettes de la peur ? Ne pourrions nous pas envisager l’autre comme une chance au lieu d’une menace ?

Vivons ensemble !

 

 

 

Alors bien sûr, cet article, tout comme le livre, enfonce des portes ouvertes ! Vous êtes très certainement conscients de tous ces points qui pourraient améliorer votre quotidien ; c’est bien pour cela que je ne développe pas plus. Mais la question est : Que faites-vous CONCRETEMENT pour aller mieux ? Les concepts et les théories sont toujours formidables mais qu’en est il de leur mise en pratique ?

Quand avez-vous commencé à vivre au présent ?

Quand avez-vous cessez de vous comparer ?

Quand avez-vous décider de Réfléchir vos achats ?

Quand avez-vous porté un regard nouveau sur les gens, sur la nature ?

 

Ce livre est simple, mais le décalage proposé par cet affrontement de deux cultures permet cette distanciation qui facilite les prises de consciences.

 

 

Je vous souhaite un bon moment de lecture et de réflexion pour avancer vers votre bonheur Imparfait.

 

Pour vous procurer le livre de Laurent Gounelle, vous pouvez vous rendre chez votre merveilleux libraire ou cliquer sur le lien affilié ci-après (le prix pour vous reste inchangé et moi je “gagne” de minuscules centimes qui feront grandir ma “cagnotte-à-livres” !)

A bientôt,

Prenez soin de vous et restez parfaitement Imparfaits

 

Caroline Muller, un Colibri Imparfait

 

Crédit photo : pixabay : pixel2013

Partagez l'article :
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.