Oh merde, il dit des gros mots !

 

Il est si petit et si mignon, c’est tellement doux de l’entendre s’essayer au langage en déformant les mots. Et puis arrive un premier mot étrange, qui fait penser à un gros mot , “oh c’est une erreur de ma part je n’ai pas compris le mot qu’il tente d’articuler” penses- tu. Mais la seconde répétition se veut sans équivoque : c’est bien un gros mot qu’il vient de dire…

 

La première réaction, une fois la surprise passée peut être de sourire ou de rire.

Il faut bien reconnaître qu’ils nous font sourire dans ces situations décalées. Si touchants et maladroits dans leur prononciation et puis bien souvent le gros mot est accompagné d’une mimique qui ne nous laisse pas d’autre alternative que de rire.

Pour exemple, mon p’tit gars de 21 mois nous a sorti très spontanément le mot … bon allez, je te l’écris (surtout ne lis pas l’article à haute voix en présence d’enfants, ou alors tu glisses un Bip à la place du mot qui va suivre !) Putain !

Et pour le coup, ce gros mot était accompagné d’un geste fort drôle : il laissait tombé ses deux bras sur ses cuisses et faisant durer la dernière syllabe du mot. Vraiment, c’était drôle à voir et à entendre.

Mais maintenant il faut réagir si je veux éviter qu’il ne le répète à tout bout de champs.

 

Comment réagir aux gros mots

 

Bien évidemment je lui ai expliqué que certains mots ne doivent pas être dits, que ce sont des gros mots.

Pour le coup le résultat n’était pas l’effet escompté : il continuait de dire … Putain et précisait même “gros mot”.

Bon au moins je venais de vérifier sa compréhension : c’est OK, il comprend ce que je lui dis.

 

J’ai alors voulu lui expliquer que je n’aime pas lorsqu’il prononce ce mot. Peine perdue, sans doute à cause du fait que le cerveau ne reconnait pas la négation. Son petit cerveau devait donc se dire : Ok cool maman aime ce mot alors on continue !!

 

Alors, comme très souvent ce qui fonctionne c’est … le lâché-prise. En ne réagissant pas à son gros mot, il a compris que répéter ce mot n’avez plus d’emprise sur moi et que ce n’était pas comme ça qu’il obtiendrait mon attention. Quand il disait ce mot alors qu’il était sur mes genoux ou que nous étions en train de jouer, je le faisais descendre ou stoppais mon jeu en lui exprimant que je refusais de jouer en entendant des gros mots (ouais je n’aime pas l’ignorer et ne pas lui expliquer les choses). Et donc de lui-même, en quelques jours il a cessé de le dire.

 

Les gros mots : une étape du développement

 

Qu’on le veuille ou non, nos charmants petits bambins diront tous un jour ou l’autre des gros mots.

Cette transgression de l’interdit et les réactions qu’elle génère chez l’adulte fascine l’enfant. Il veut être sûr de comprendre le mécanisme.

Certains garderont les gros mots pour la cours de récrée avec les copains, mais parfois il peut arriver que ces douces syllabes viennent titiller tes oreilles chastes et délicates à l’improviste quand ton enfant aura mal verrouillé sa bouche encore immature et laissé passer ce chenapan de gros mot.

A chaque parent sa limite de tolérance et donc le choix du moment où il est nécessaire d’intervenir.

Les réactions à éviter :

  • sourire ou rire, car cela invite l’enfant à recommencer en cherchant le plaisir de faire rire l’adulte
  • le gronder, crier, premièrement, car c’est inutile et puis aussi parce que l’enfant associera alors cet emportement par une réaction de ta part et donc lorsqu’il aura besoin que tu t’occupes de lui il sera tenté d’utiliser la même méthode.

 

Où a-t-il entendu ce gros mot… en toute honnêteté

Que je nous trouve hypocrites, nous les soit-disant adultes !

Fais ce que je dis, pas ce que je fais !!!

Nous passons tous notre temps à jurer, il faut bien l’admettre. Pourtant, nous ne concevons pas que nos enfants puissent dire de telles horreurs. Eux, qui, innocemment, répètent nos paroles dans le but ultime de savoir communiquer et d’élargir leur vocabulaire, se font gronder.

Le mot putain, que mon garçon affectionnait particulièrement pendant quelques semaines, est mon juron préféré… Je reconnais Mr Le Juge que je le disais très, très… très souvent (mais je me soigne, enfin j’essaie).

Mais pour ma défense, je ne suis pas la seule fautive !  Oui Mr Le Juge, les torts sont partagés dans cette affaire. Mon conjoint a lui aussi sa (grosse) part de responsabilité.

Lors d’une soirée entre amis, alors que mon petit Ange dormait paisiblement, nous avons regardé une vidéo qui nous a fait tellement rire – vous trouverez le lien en dessous pour rire vous aussi Mr Le Juge !

 

Le lendemain ce mot merveilleux est ressorti très souvent en référence la vidéo… Du coup il a bien entendu, intégré le gros mot et compris que ce-dit gros mot nous faisait carrément marrer…

 

Alors, en toute honnêteté, si nous voulons que nos enfants cessent de dire des gros mots, il n’y a pas beaucoup de recettes miracles si ce n’est comme toujours d’être soi-même un modèle pour son enfant.

Donc arrêtons les jurons et ils arrêteront, eux aussi.

Et si tu ne parviens pas à tourner ta langue 7 fois dans ta bouche avant de parler, tu peux tenter ce petit truc : une amie avait le même juron que moi, donc bien évidemment sa fille le répétait aussi. Elle a trouvé une petite astuce qui a fonctionné pour elle. Quand sa fille disait le mot putain, elle la reprenait ainsi : “mais non ma chérie, tu prononces mal, c’est petit lutin qu’il faut dire donc quand on parle vite on entend p’ti lutin…

J’avoue avoir essayé, mais mon bébé m’a alors regardé en disant “Critine !” tu comprendras “Christine”, nom de mon amie qui m’a soufflé cette charmante idée… bref, inefficace chez moi, mais tellement charmante que je voulais te la partager.

 

Oh putain, fais chier, je ne vais plus pouvoir dire de gros mots, bordel !!!

 

gros mots

 

Et toi, quel est ton gros mot préféré, vas y, tu peux te lâcher dans les commentaires, les bébés ne savent pas lire ; par contre éloigne les plus grands de l’écrans

 

Caroline Muller – un Colibri Imparfait

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

    • Oh merci Emily, alors c’est donc ça : Putain n’est qu’un mot de liaison !!!!!! Mais ils nous apprennent n’importent quoi à l’école…
      bonne journée

  1. C’est vrai que quand on y repense… C’est un mot qui sort souvent ! Il ne faut pas s’étonner de l’entendre dans la bouche des enfants 🙂

    En tout cas, j’ai bien aimé l’article, très naturel !
    PS: J’ai ri en imaginant le fiston dire putain, les bras ballants !

    • Merci Meryl,
      Si j’avais filmé cette scène et que tu pouvais la visionner, tu rirais encore plus c’est certain. Comme tu t’en doutes, j’ai moi même retenu très très fort mon fou rire qui ne demandait qu’à éclater… c’est dur d’être un parent sérieux quand même…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*